Croqu’en Notes

Classe d'analyse

Salle Antoine Duhamel

© G. Aguilar

45 minutes de musique vivante éclectique décryptée par les élèves de la classe d’analyse.

Sous la direction de Sabine Malnoury-Gamet

Entrée libre et gratuite dans la limite des places disponibles.

 

Programme :

SERGUEÏ PROKOFIEV (1891-1953)

Sonate pour flûte et piano opus 94 – Andantino (1er mouvement)

Claire Muller, flûte

Claire Mevel, piano

Compositeur russe né en 1891, S. Prokofiev commence ses études de composition à l’âge de 11 ans au conservatoire de Saint Petersbourg où il sera notamment l’élève de Rimski-Korsakov. Néanmoins ce sont d’abord ses talents d’interprète pianistique qui marquent le public lors des premières auditions de ses compositions. Il part s’installer au Etats Unis où il mènera une carrière de virtuose, n’arrivant pas à vivre de celle de compositeur. Après un séjour à Paris où il est un compositeur à la mode il reviens en URSS en 1933. Prokofiev, fatigué de la carrière de virtuose est séduit par la possibilité de vivre de son art de la composition . Dans les premières années de son retour, Prokofiev est un compositeur très apprécié.  Mais sa popularité pâtit en 1948 avec la sortie de son opéra « Un homme authentique ». Cette oeuvre qui déplaît au régime lui vaudra de passer deux ans sur la liste noire du parti communiste, malgré sa précédente et récente nomination « d’artiste du peuple » par le même parti.

De par la clarté de son écriture musicale, la musique de Prokofiev est facilement accessible, de plus son dynamisme et la franchise de ses idées mélodiques lui confèrent un caractère collectif et universel.

Kerwin Marchand-Moury

LEO BROUWER (1939)

Decameron Negro : La harpe du guerrier – La fuite des amants par la vallée des échos

Doris Brossard, guitare

Leo Brouwer est un compositeur afro-cubain, guitariste et chef d’orchestre né à La Havane à Cuba le 1er mars 1939. L’influence considérable qu’il eut sur la musique pour guitare en particulier et sur la musique classique en général est attestée par plus de cent enregistrements ainsi que des musiques de film ; en 1983, Brouwer écrit La Guerra de las galaxias, suite symphonique sur les musiques de Star Wars, du compositeur américain John Williams. Les compositions de Brouwer reflètent des influences classiques, afro-cubaines et avant-gardistes. Autodidacte et se qualifiant d’ « hyper romantique nationaliste », la musique de Brouwer illustre un nouveau style : un retour aux racines afro-cubaines mêlées d’éléments de tonalité, de formes traditionnelles, de gestes programmés et minimalistes.

Chloé Germain

JEAN-SEBASTIEN BACH (1685-1750)

Toccata et Fugue en ré mineur BWV 565

Alann Merlin, accordéon

Jean Sébastien Bach (1685-1750) est connu pour être l’un des plus grands génies de l’histoire. Compositeur talentueux mais surtout organiste virtuose allemand, Bach est l’auteur de plus de mille oeuvres. Il a passé sa vie entière à jouer et à composer, principalement pour orgue et clavecin. Il est connu pour avoir harmonisé des textes protestants grâce à ses différents rôles. Il devient Maître de Chapelle. Parmi ses oeuvres majeures, nous avons l’embarras du choix : Des oeuvres pour orchestre et concertos tel que les six Concertos brandebourgeois, d’autres pour clavecin dont Le Clavier bien tempéré est une référence. S’ajoute des oeuvres vocales tel que l’oratorio de Noël, de la musique de chambre aussi avec des sonates dont le violon est l’instrument soliste, et enfin les oeuvres pour orgue avec la célèbre Toccata et fugue en ré mineur (BWV 565) datée entre 1703 et 1707 comme l’un des meilleurs exemples.

Yann Dumez

JOHANN JOACHIM QUANTZ (1697-1773)

Concerto en Sol Majeur pour flûte, cordes et basse continue

Elodie Colombier, flûte

Andrea Bareggi, piano

Johann Joachim Quantz, fils d’un forgeron allemand, était destiné par son père à suivre la même voie. A la mort de celui-ci, en 1707, Quantz commença son apprentissage musical. Il jouait de plusieurs instruments dont le trombone, le hautbois, le cornet ou encore la viole de gambe, et étudiait la composition. Il alla notamment étudier le contrepoint avec Zelenka à Vienne.  Membre de l’orchestre Royal  de Dresde, un des principaux centres musicaux d’Allemagne, il fit néanmoins de nombreux voyages en Europe au cours desquels il rencontra des musiciens renommés come Händel ou Scarlatti. Il fût par la suite engagé par Fréderic II de Prusse, grand protecteur des arts, pour enseigner,  jouer et composer à la cour. En 1752, il édita son « Essai d’une Méthode pour apprendre à jouer de la flûte traversière », qui fût ensuite citée dans les écrits de Telemann, C.P.E. Bach ou L. Mozart. Cet essai devint un ouvrage de référence quant à l’exécution du jeu à la fin de la périodee baroque. L’influence du style italien, très virtuose, et plus particulièrement celui d’Antonio Vivaldi, s’observe également dans l’œuvre de Quantz. Le concerto en Sol Majeur QV5:74 composé en 1754 pour flûte, cordes et basse continue  illustre bien la méthode d’écriture, de jeu et d’ornementation baroque énoncée par Quantz dans son essai.  

Marie Leroyer